Preloader

Quels sont les bienfaits du tricot?

Quels sont les bienfaits du tricot pour la santé ? Vous êtes-vous déjà posé cette question ? Dans l’avant-propos de ce livre, je vous ai partagé une petite bride de ma vie personnelle en vous disant que j’avais eu des problèmes de santé récurrents qui m’avaient obligée à subir des traitements chaque semaine, pendant bien des mois, à l’hôpital. Mes problèmes de santé sont chroniques et probablement qu’ils continueront pour le reste de ma vie, selon ce qu’en disent les spécialistes de la médecine. Je me suis tournée vers le tricot, comme quand on se repose d’avoir fait trop d’activités, sûrement dans l’espoir de m’aider dans ma douleur. Avec le recul, je comprends qu’il y a des activités inscrites dans la création qui nous font du bien et nous apaisent naturellement. Est-il possible que le tricot soit ce dont j’avais besoin? Et cette tendance mondiale à vouloir de nouveau travailler la matière première avec nos propres mains, est-ce un bienfait pour l’âme?Ce qui me fascine le plus, c’est le lien avec nos racines culturelles, car nos ancêtres nous enseignaient comment pratiquer cet art. De génération en génération, ces femmes ont tricoté et fabriqué bas, chandails, couvertures, combines, robes et chapeaux. Tout avec de la laine. Elles ne voulaient pas que nous perdions ce précieux savoir-faire.Nous sommes une société en recherche d’un temps d’arrêt et de tranquillité pour nous ressourcer. Nous vivons dans un monde intense et frénétique. Les gens ont besoin de trouver une façon de se déstresser, moi la première. Nos ancêtres ne pratiquaient pas le tricot comme nous le faisons aujourd’hui, car ce n’était pas pour eux un simple moyen de détente. Leur vision du monde venait de la chrétienté et le tricot était pour eux plus profond qu’une simple pratique ou un simple loisir. Ils croyaient que travailler la matière première était un don de Dieu qui l’avait créée. Respecter cette matière, la transformer respectueusement, avec sobriété, à l’échelle de l’espace-temps de la création dans laquelle ils vivaient, leur apportait la sérénité, la paix et le bien-être intérieur. On pratiquait cette relation avec la nature créée dans tous les domaines : l’art culinaire, l’agriculture, l’architecture, la mode vestimentaire et… le tricot ! Voilà pourquoi je peux dire, en tant que personne souffrant de douleur chronique, que letricot est beaucoup plus qu’une mode, et que cela m’aide à focaliser sur autre chose quemes douleurs. Lors des journées plus difficiles, j’arrive à fixer mes regards sur autre chose que moi-même en accueillant les vrais bienfaits du tricot. Le tricot est un art à transmettre pour favoriser le bien-être personnel et collectif. – Ann L. Beaulieu et Josée Clark Le tricot, un art à transmettre – Premier tome20 modèles à réaliser au fil du temps qui se déroule…Éditions EXIT, Gatineau (Québec) CanadaCopyright © 2016, tous droits réservés.

Le Tricot, un art à transmettre: Pourquoi une laine pique et l’autre pas?

Pourquoi une certaine laine pique-t-elle et l’autre pas ?Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il y a des laines qui piquent beaucoup plus que d’autres ? Moi je ne le savais pas. Je suis donc partie à la recherche d’éléments de réponse pour tenter de comprendre. Bien sûr, la majorité des tricoteuses et tricoteurs savent que la laine mérinos en est une qui ne pique pas. Mis à part cette laine, je voulais savoir pourquoi il y a tant de différences entre les laines. On m’a souvent répondu que c’est une question de prix ou de qualité. Cela me donne l’impression que, la plupartdu temps, les gens ne savent tout simplement pas la réponse à ma question, comme moi auparavant… En fait, d’après ce que j’ai compris, la douceur de la laine dépend grandement de la race des moutons ainsi que de la grosseur de la fibre. Au Québec, dans le temps de nos ancêtres, plus que toute autre chose, l’élevage des moutons servait à nourrir les gens. Par contre, le temps arrivé pour la tonte de la laine, nos grand-mères tricotaient les fameux bas de laine du pays, qui piquaient comme une botte de foin ; les moutons ou les agneaux choisis étaient élevés dans le but d’être mangés, et non pour faire des tricots. Mais comme on ne jetait rien à l’époque, tout était récupéré pour garder au chaud durant les mois froids d’hiver. J’ai donc rapidement compris que dans la mesure où les moutons sont de bonne race et ne sont pas utilisés uniquement pour leur viande, la qualité de leur laine sera plus grande et piquera moins ! Il va de soi que la laine sera plus coûteuse puisque les frais d’un mouton de bonne race sont plus élevés que ceux d’un mouton qu’on achète seulement pour la reproduction. Maintenant, il ne reste qu’à choisir ce qu’on préfère tricoter et porter! – Ann L. Beaulieu et Josée Clark Le tricot, un art à transmettre – Premier tome20 modèles à réaliser au fil du temps qui se déroule…Éditions EXIT, Gatineau (Québec) CanadaCopyright © 2016, tous droits réservés.

L’entretien des tricots-Le tricot, un art à transmettre

Que faisons-nous pour entretenir nos tricots, pour qu’ils restent beaux le plus longtemps possible ?Voici nos instructions de lavage pour que vos tricots faits à la main restent beaux :• Laver délicatement à la main (sans tordre), à l’eau n’excédant pas 30 °C/86 °F.• Ajouter à l’eau un savon sans phosphate ni teinture et qui ne demande aucun rinçage(la marque Soak est un excellent choix).• Ne pas javelliser.• Rouler dans une serviette pour enlever l’excédent d’eau et mettre à plat pour sécher, en prenant soin de lui redonner sa forme.• Si vous avez besoin de bloquer votre tricot, c’est à ce moment-ci que cela sera fait, en utilisant les épingles à bloquer sur une serviette et un tapis de mousse en dessous.• Ne pas repasser ni presser.• Ne pas nettoyer à sec.• Attendre au moins 24 heures pour le séchage.Il est important de laver vos tricots seulement lorsque c’est vraiment nécessaire, car si vous les lavez trop souvent, vous risquez de les abîmer pour rien !  – Ann L. Beaulieu et Josée Clark Le tricot, un art à transmettre – Premier tome20 modèles à réaliser au fil du temps qui se déroule…Éditions EXIT, Gatineau (Québec) CanadaCopyright © 2016, tous droits réservés.

Le Samedi civilisé, antidote au Vendredi fou!

Avez-vous entendu parler du «Civilized saturday»? Il s’agit d’une initiative lancée l’an dernier par plusieurs librairies du Royaume-Uni pour contrer la cohue du «Black friday». Le concept est fort intéressant: Une ambiance relaxante est mise de l’avant pour inciter les gens à bouquiner bien tranquillement, tasse de thé ou coupe de vin à la main, pour ainsi transformer l’expérience de magasinage frénétique en expérience culturelle enrichissante. Certaines librairies ont littéralement transformé leurs boutiques en salles d’exposition de leurs livres meilleurs vendeurs, ou encore en salle de concert où une violoniste et auteure invite les gens à une expérience à la fois musicale et littéraire… bref, aucun effort n’est épargné afin de redorer la réputation de l’industrie du livre chez les Britanniques! N’étant pas une grande amatrice de magasinage frénétique, l’option de faire des achats en ligne m’interpelle de plus en plus, comme beaucoup de Canadiens et Canadiennes. L’idée m’est alors venue d’appliquer le concept du «Samedi civilisé» en recréant une ambiance «cosy» de lecture et de détente chez moi. Aujourd’hui, ne me cherchez pas dans les allées du centre d’achats; Je serai assise dans mon fauteuil le plus confortable, un bon livre acheté en ligne à la main, une tasse de tisane dans l’autre, et une musique apaisante en trame de fond! Bon «Samedi civilisé» à tous! 🙂 -Marie-Josée Senécal  Éditions EXIT, Gatineau (Québec) CanadaCopyright © 2016, tous droits réservés. Source de l’image: www.shelf-awareness.com

Que choisirons-nous de léguer?

J’aime mon peuple. Le peuple canadien français qui est issu du christianisme et qui vit en Amérique, je l’aime de tout mon coeur ! Il est unique, complexe et vrai. Il est créateur, innovateur et ouvert.Il prône l’égalité, il tente de vivre le respect. Il a, comme tous les autres peuples, eu une période d’enfance et de naïveté, mais aujourd’hui adulte, il est prêt aux débats et aux défis d’un monde en changement. Que de changements en si peu d’années ! Que de libérations ! Que de déceptions aussi ! Après les années qui nous séparent maintenant de la Révolution tranquille, quel est le bilan de ces changements pour les individus, les familles et la société ?Qui sommes-nous maintenant ? Où en sommes-nous ? D’où viennent ces désillusions, ces dépressions, ces ruptures ? Au-delà du français, des mathématiques et de l’économie, nous devons apprendre à aimer, à se sacrifier, à s’engager et à se respecter les uns les autres. Nous devons surtout apprendre à être heureux en dépit de notre métier ou fortune. Qui nous apprendra cet art ? Il y a eu des blessures au Québec qui ne peuvent être guéries sans revisiter le passé. Nous avons besoin du courage de nos pères, nous avons besoin de l’amour de nos mères, mais qu’en est-il de la religion, de la bâtisse, de l’institution, des sacrements, des fêtes, des valeurs ? Que choisirons-nous de garder, que choisirons-nous d’abandonner, que choisirons-nous de léguer ? Au Québec, nous n’avons pas hérité d’immenses empires ou d’imposantes murailles, mais d’un territoire magnifique regorgeant de rivières et de lacs, de centaines de villages et de villes, avec chacun son clocher et des valeurs d’entraide et de charité qui nous ont permis de survivre dans l’histoire. Nous avons hérité ces choses en grande partie des Autochtones, des Français et du christianisme. Or, le Québec se transforme. Il accueille tous les jours de nouveaux citoyens venant du monde entier pour vivre sur ses terres. Quelle richesse pour nous, quelle richesse pour eux ! J’espère de tout coeur que nous serons capables de transmettre à ces néo-québécois et néo-québécoises la mémoire de ce territoire, la beauté de qui nous sommes et le souvenir de ce que nous avons été. – Xavie Jean-Bourgeault Épaves du coeur L’ère du vide d’une société post-chrétienne Ovizion Éditions EXIT, Gatineau (Québec) CanadaCopyright © 2015, tous droits réservés.

Le talent mis au service des valeurs-Le «dealer d’espoir»

«Si un talent n’est pas mis au service des valeurs, il est vain.» -Éric-Emmanuel Schmitt Voilà une citation remplie de sens. Nous sommes tous dotés de talents particuliers, que nous prenons plaisir à exploiter dans notre vie, soit à travers notre profession, ou alors un loisir… Lorsqu’il est question de donner un sens à sa vie, à quoi pensez-vous spontanément? La simple idée de donner un sens à sa vie peut nous paraître ardue, difficile à réaliser… Si nous faisions l’exercice de partir de notre talent, et ensuite de chercher un moyen pour en faire un geste de don de soi, cela pourrait devenir un puissant et véritable moteur pour se mettre en action au service des autres! En cette période du temps des fêtes, nous sommes très sollicités à pratiquer le don de soi. Bien souvent, le don d’argent est la formule utilisée. Cependant, si vous voulez faire un geste de don de soi, il peut être intéressant de trouver une façon de joindre l’utile à l’agréable en faisant quelque chose qui mette en action vos talents au service des autres! Un exemple qui m’a touchée droit au coeur et celui du Curé Paradis*, qui passe actuellement ses nuits dans la rue pour venir en aide aux sans-abris. Monsieur Paradis ayant vécu lui-même une période très difficile par le passé a décidé d’utiliser ses talents de sociabilité et d’empathie pour encourager les gens qui «en arrachent» encore plus en cette période des fêtes. Il arbore un tatouage où il est écrit «dealer d’espoir», deux mots qui décrivent à merveille l’action du don de soi dans son sens le plus profond. Nous n’avons évidemment pas tous les aptitudes pour aller passer du temps avec les sans-abris, mais en y réfléchissant un peu, nous avons tous au moins un talent que nous pourrions mettre en action au service des autres. Par exemple, si vous avez un talent de création, vous pouvez offrir une de vos oeuvres à quelqu’un qui saurait l’apprécier…  Peu importe le moyen choisi, nous vous souhaitons une belle période des fêtes agrémentée de la joie d’offrir un peu du meilleur de vous-mêmes aux autres!  -Marie-Josée Senécal Éditions EXIT, Gatineau (Québec) CanadaCopyright © 2016, tous droits réservés. *Source: http://www.journaldemontreal.com/2016/12/04/dans-la-rue-avec-les-sans-abri

Fermer

Éditions Exit

Vers une renaissance culturelle

Fermer

Connexion

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produit dans le panier.

Éditions Exit

Vers une renaissance culturelle





Enable Notifications.    Ok No thanks